Skip to main content
Montréal Concert Poster Archive

MÉTROPOLIS

MÉTROPOLIS

MÉTROPOLIS

MÉTROPOLIS

MÉTROPOLIS

1987-2017

1987-2017

1987-2017

1987-2017

1987-2017

Le Métropolis était une salle très populaire à Montréal. La salle fut autrefois une piste de patinage, un théâtre, un cinéma érotique et une discothèque.

Gala d’inauguration, 28 avril 1987 La Presse (BAnQ)

Le Métropolis était une importante salle de spectacle de Montréal. La salle était située au 59 rue Sainte-Catherine Est, en plein centre-ville de Montréal. 1

Pierre-Claude Legris,  le président du Métropolis, était un homme de vision. Durant trois ans, il a voyagé, visité les plus grandes discothèques d’Amérique et il a vu le Métropolis. 2

« On me disait qu’une salle de danse et de spectacles pouvant contenir 2,000 personnes était impensable à Montréal mais j’y ai cru sans broncher. J’ai cherché l’établissement et quand j’ai visité le Théâtre Français, j’ai su qu’il était inutile de poursuivre. J’avais trouvé. » 2

Théâtre Français, 1959 Archives de la ville de Montréal

L’ouverture de cette salle, connue d’abord sous le nom de Théâtre Français, remonte à 1884. Entre 1884 et 1890, le site près de l’intersection Saint-Dominique et Sainte-Catherine connaît plusieurs vocations : patinoire couverte en hiver, théâtre d’été et salle de spectacle temporaire. 3

Théâtre Français, La Vie Culturelle à Montréal vers 1900 p.85

L’édifice accueille la Compagnie Franco-Canadienne en 1886, bientôt rejointe par des membres de la Troupe du Conservatoire. Le bâtiment porte alors le nom de Central Dime Museum et l’entrée est située rue Saint-Dominique. En 1888, l’édifice est agrandi et l’entrée donne désormais rue Sainte-Catherine. C’est en 1891 que le lieu acquiert une vocation de théâtre permanent sous l’enseigne de Lyceum Theatre.3

Il porte ensuite le nom d’Empire Theatre (1893) et de Théâtre de l’Opéra Français (1895). À compter de 1899, on le rebaptise encore, cette fois sous la désignation de Théâtre Français.3

Théâtre Français, 1902 BAnQ

La salle devient le Loew’s Court Theatre en 1920 pour redevenir le Théâtre Français en 1924. Quelques décennies plus tard, le bâtiment sera occupé par le Cinéma Éros (1974) et par la salle de spectacle du Métropolis depuis 1987.3

Métropolis, juillet 1987 Décormag (BAnQ)

Dans ce temple du paraître, au beau nom de légende urbaine, l’ombre déguise les murs; d’ailleurs, les lieux sont hantés par le fantôme frileux de Sarah Bernhardt qui y joua Phèdre, Camille et La Tosca en novembre 1905, lors de sa mémorable tournée d’adieu. Sous des éclairages d’aurores boréales, mille couples s’agitent. En effet, les rangs de fauteuils (de l’époque du Cinéma Éros) ont fait place à une immense piste de danse. Le beau sol de l’entrée en palmettes de marbre rose et ocre a retrouvé son faste d’autrefois. Tous les éléments du Hall datent de 1927: le bureau vitré du guichetier, les portes battantes en cuir capitonné, les frises en acier poli soulignées de néon dans le plus pur Art déco. Dès le vestibule, un escalier dessert les vestiaires logés dans l’ancien foyer et se poursuit vers la première mezzanine; en face, quelques marches conduisent au bar principal relié au bar de la scène par des allées latérales garnies de hauts guéridons. Circulation identique à l’étage où le bar du balcon communique par un déambulatoire avec le salon de Sarah Bernhardt installé en coulisse. Un cinquième bar occupe le poulailler, dominant la piste de danse et rappelant la passerelle de pilotage d’un paquebot dont il emprunte le bastingage. Le tout ponctué d’escaliers droits ou tournants, de marches et de gradins.4

Play Video
Après sept ans de Galas Juste pour Rire et plusieurs autres prestations télé, JiCi Lauzon devient l’animateur d’un variétés-show, Métropolis (1990 à 1993) à Radio-Canada: soixante-dix-huit émissions sur trois ans au cours desquelles on présente devant public et en direct des humoristes, des comédiens, des auteurs-compositeurs-interprètes, grands chanteurs et divas de la chanson.5

Parmi les musiciens qui y ont livré des concerts mémorables au Métropolis, mentionnons David Bowie, Prince, Beck, Les Rita Mitsouko, Radiohead, Green Day, The White Stripes, Björk, Bran Van 3000, Ben Harper, Coldplay, Corneille, Pierre Lapointe, Plume Latraverse, Les Cowboys Fringants et Jean Leloup — ce dernier est celui qui y a offert le plus grand nombre de prestations.6

En décembre 2016, l’entreprise de télécommunications Telus annonce qu’elle investira la somme 5 millions au cours des dix prochaines années en partenariat avec l’Équipe Spectra pour moderniser le Métropolis. En 2017, le Métropolis est rebaptisé le MTelus.1

Nous avons bricolé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Les temps de conjugaison ont parfois été modifiés pour créer une cohérence du texte dans son ensemble. Cet exercice n’a aucun but lucratif.
Close Menu