Skip to main content

TIC TOC

TIC TOC

TIC TOC

TIC TOC

TIC TOC

1937-1950

1937-1950

1937-1950

1937-1950

1937-1950

L’histoire fascinante du Tic Toc remonte aux années 1930 alors qu’il se nommait le cabaret Lido.

Le Club Lido (1934-1937) était situé au 1258 rue Stanley à Montréal. Il est né des cendres du Stanley Grill qui occupait le 2è et 3è étage de l’immeuble  incendié le 25 mars 1934.1

Les dommages causés par l’incendie du Stanley Grill étaient estimés à plus de 140,000$, une fortune à l’époque. Harry Feldman, président de Stanley Grill Inc, assume la reconstruction immédiate de l’immeuble.2 Originaire de New York et membre de la pègre montréalaise juive, Harry Feldman mène pourtant une vie rangée, préférant se tenir loin du trafic de stupéfiants. Copropriétaire de plusieurs établissements montréalais de renom, Feldman est surtout considéré comme un homme de famille. Tout au long de sa vie, il parvient à passer sous le radar des autorités policières.3

Lorsque l’immeuble de la rue Stanley est reconstruit, Harry Feldman ouvre le cabaret Lido en novembre 1934 avec Puggy Dettner.4 Phil Maurice, aussi propriétaire du populaire cabaret Chez Maurice de la rue Sainte-Catherine, gère l’endroit et Roy Cooper, le doyen des imprésarios canadiens, organise les spectacles. Le Lido portait le nom du prestigieux cabaret Lido de Paris. Le club montréalais espérait partager l’éclat de celui de Paris.5 Malgré le contexte de dépression de cette époque, le cabaret Lido vivait une période très faste. Devant sa porte, on pouvait alors admirer un long cortège de Cadillacs V16, de Pierce-Arrows, de Lincolns et autres voitures de luxe à 3,000 $ pendant que leurs riches propriétaires y faisaient joyeusement la fête. Le cabaret organisait des spectacles mettant en vedette des stars de la scène, du cinéma et de la radio.6 Une grande caractéristique du Lido était l’installation d’un système de climatisation, le premier dans un cabaret au Canada en 1937.7

On rénove et Puggy Dettner rebaptise l’endroit le cabaret Tic Toc le 28 octobre 1937.8,9 Le Tic Toc annonce fièrement dans les journaux: « un nouveau spectacle et un dîner pour 1$. »10 Tout comme le Lido, le Tic Toc accueille des stars de la scène, du cinéma et de la radio.11 Il se veut plus accessible au grand public. En 1944, Dean Martin, le jeune crooner américain et rival de Frank Sinatra, fait ses débuts à Montréal au cabaret Tic Toc.12

Dean Martin, Tic Toc, 17 février 1944, The Gazette

Un homme d’affaires prospère, Harry Ship, le rois des ‘’gamblers’’ montréalais, détient des parts dans le cabaret Tic Toc.13 Cependant, le règne de Harry Ship ne dura pas longtemps. Un éminent avocat nommé Pax Plante déclare publiquement la guerre aux rackets de jeu de Montréal. Ship est arrêté en 1946 :  il est reconnu coupable de trois chefs d’accusation d’exploitation de maisons de jeu illégales.14

Sous une nouvelle administration en 1947, Jerry Taylor, une figure bien connue de la vie nocturne montréalaise, devient gérant du Tic Toc.15 Le cabaret opère sous le nom de « Jerry Taylor’s Tic Toc » jusqu’en 1950. Homme fort sympathique, Jerry Taylor partait parfois à New York à la recherche de nouveaux talents à présenter dans le lounge de son cabaret.16 Le 31 mai 1947 le Tic Toc introduit un nouveau concept en ajoutant à sa salle à manger le ‘’Glass Grill’’, conçu pour que les clients puissent voir leur repas cuisiné sous leurs yeux.17

Désirant innover davantage, le Tic Toc ferme ses portes pour des rénovations le 1er juin 1950 de façon à pouvoir présenter des productions plus spectaculaires avec pour ambition de devenir le plus chic et somptueux cabaret d’Amérique du Nord.18 Le Tic Toc rouvre le 14 novembre 1950 sous un nouveau nom: le cabaret Chez Parée.19

Sources
[1] A chorus line of 12 lovelies and Mumms selling at 12 bucks a bottle, The Montreal Star, 8 janvier 1977
[2] Two firemen fall as roof collapses in two-alarm fire, The Gazette, 26 mars 1934
[3] https://www.juifsdici.ca/gangsters-juifs/
[4] A chorus line of 12 lovelies and Mumms selling at 12 bucks a bottle, The Montreal Star, 8 janvier 1977
[5] Stepping Out The Golden Age of Montreal Night Clubs, Nancy Marrelli
[6] Springtime re-opens, Lido on Friday night; elaborate floor revue, The Montreal Star, 7 avril 1937
[7] Lido presenting Royal Frolic, The Montreal Star, 7 juin 1937
[8] Lido is closed for extensive alterations, The Montreal Star, 24 aout 1937
[9] Opening tonight Tic Toc, The Gazette, 28 octobre 1937
[10] A new show on Monday, The Gazette, 13 novembre 1937 (show 1$)
[11] The Peter Sisters, The Gazette, 11 août 1941
[12] Tic Toc Scoop opening Monday Dean Martin, The Gazette, 17 février 1944
[13] https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/harry-ship-un-roi-du-jeu-sans-crainte
[14] http://imjm.ca/location/2078
[15] Opening tonight Teddy Sherwood, Montreal Daily Star, 15 mars 1947
[16] Jerry Tic Toc Taylor scouting talent in Manhattan, The Gazette, 27 septembre 1947
[17] Réouverture du Tic Toc, ce soir, Le Canada, 31 mai 1947
[18] Dans la coulisse, Le Tic Toc a fermé ses portes hier soir, Le Canada, 2 juin 1950
[19] Opening tonight sensational show, The Gazette, 14 novembre 1950
Nous avons assemblé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais. Les temps de conjugaison ont parfois été modifiés pour créer une cohérence du texte dans son ensemble. Cet exercice n’a aucun but lucratif.
Close Menu