Skip to main content

SPECTRUM

Le Spectrum de Montréal était une salle de concert emblématique située au cœur du quartier des spectacles de Montréal. Fondé en 1982, il était réputé pour accueillir une grande variété d'artistes et de genres musicaux, notamment du rock, du jazz, du blues, de la musique électronique et bien d'autres. Le Spectrum était apprécié pour son ambiance intime et sa proximité avec le public, ce qui en faisait un lieu privilégié pour assister à des concerts. Malheureusement, le Spectrum a fermé ses portes en 2007, mais il reste un souvenir nostalgique pour de nombreux Montréalais et amateurs de musique.

Le Spectrum de Montréal était une salle de spectacles aussi importante que le CBGB à New York, l’Olympia à Paris ou le Fillmore à San Francisco.

Spectrum, 1983 La Presse (BAnQ)

Le Spectrum de Montréal était une salle de spectacle de Montréal avec une capacité de 1,200 places et dont l’ouverture remonte au 17 octobre 1982 1 avec un spectacle du groupe britannique Public Image Limited et qui a fermé ses portes le 5 août 2007 2 avec un spectacle de Michel Rivard. 

Alain Simard et André Ménard, La Presse (BAnQ)

À la fin des années 1970, André Ménard et Alain Simard gèrent la concession des spectacles au El Casino, un club de rock situé au dessus du cinéma Carrefour, rue Sainte-Catherine, angle De Bleury.3

El Casino, 316 rue Ste-Catherine O., Montréal (BAnQ)

« Certains soirs nous perdions $3,000 alors que le propriétaire en gagnait $1,000 grâce au bar » se souvient André Ménard qui a compris la leçon: le fruit de deux récoltes devraient aller dans le même panier.3

Au printemps 1980, le cinéma Carrefour, porte voisine du El Casino, est convertie en club de rock. Un vrai club-concert comme on en a jamais vu à Montréal et qui justement porte le nom de Club Montréal.4

Club Montréal, 318 rue Sainte-Catherine O., (BAnQ)

Le Club Montréal fait partie d’un circuit de 25 clubs répartis à travers le Canada et les États-Unis. La programmation des spectacles est, entre autres, assuré par John Thomas assisté de Michel Sabourin et Rubin Fogel et Donald K. Donald.

The Cure, Club Montréal, 29 août 1981

Après 18 mois d’existence, le Club Montréal fait faillite et, avec un emprunt de $250,000, Alain Simard et André Ménard achètent la salle et la baptise le Spectrum de Montréal.3

Le Spectrum était un lieu qui pouvait être un club mais qui était avant tout une salle de spectacles. « Nous gérons une vraie salle, pas un débit de boisson. »3

Le 17 octobre 1982, le groupe post-punk Public Image Limited donne le tout premier des milliers spectacles présentés au Spectrum. Cette semaine là, Claude Dubois, Uzeb, The Exploited et Iggy Pop s’y produisent également.1

Public Image Limited, 17 octobre 1982

À Montréal, à l’époque — et ce, jusqu’au milieu des années 90 — il y avait vraiment très peu de salles de spectacle à la fois abordables, sans sièges ou chaises, dotés de tout l’équipement voulu pour enregistrer un disque ou une émission télé, et surtout ouvertes à tous les genres musicaux.1

C’est donc au Spectrum qu’on a pu voir pour la première fois les Rita Mitsouko, Niagara, Metallica (en première partie de Wasp!), Beck, Marjo, Renaud, Patrick Bruel. C’est au Spectrum qu’on a vu quelques-uns des spectacles passés au rang de mythes des Miles Davis, The Police, Radiohead, Daniel Bélanger, U2, La La La Human Steps, Alain Bashung, Jean Leloup, Chris Rea, Peter Gabriel, INXS, Jacques Higelin. C’est au Spectrum que Richard Séguin, Michel Rivard, Paul Piché, Richard Desjardins, Laurence Jalbert, Éric Lapointe, La Bottine Souriante, Rock et Belles Oreilles ou Les Cowboys Fringants ont cassé la baraque à plus d’une reprise. Et c’est au Spectrum qu’on voulu jouer une foule de jeunes formations et artistes québécois, de Groovy Aardvark à Kaïn, de Pierre Lapointe à Malajube, afin d’y obtenir une certaine consécration.1

André Ménard, La Presse (BAnQ)

« On avait déjà notre entreprise de production de spectacles qui s’appelait Spectra. Et on cherchait pour la salle un nom d’origine latine, qui ferait un peu cultivé, sans être trendy, prononçable à la fois en français et en anglais. On a brain-stormé et j’ai pensé à Spectrum. Seulement, il existait déjà un Spectrum à Philadelphie. Alors on a décidé de l’appeler Spectrum de Montréal », explique Alain Simard. « Les rideaux noirs ont été fixés sur les murs en plâtre pour tuer la réverbération naturelle de la salle, qui était incontrôlable. Seulement, quand on éteignait les projecteurs entre les chansons, pendant un spectacle, la salle était plongée dans le noir complet et ça insécurisait certains spectateurs. Pourquoi pas des petites ampoules fixés aux murs? »5

En 2007, après 25 ans d’activités, le bail emphytéotique de Spectra tire à sa fin. L’édifice devenu désuet a grand besoin de rénovations. La société immobilière SIDEV pour sa part, souhaite construire un immeuble à vocation commerciale. Le Spectrum doit fermer ses portes. Un dernier spectacle est présenté le 5 août 2007, dans le cadre des Francofolies. Le journaliste Stéphane Leclair rend compte de cette soirée d’adieu au Téléjournal du 6 août 2007 animé par Philippe Schnobb. L’auteur-compositeur-interprète Michel Rivard, qui s’est produit à 54 reprises sur la scène du Spectrum, participe à l’événement. En plus du grand public et des employés, les musiciens portent le deuil en ce soir de clôture.6

Marquise du Spectrum, 2007

La démolition du Spectrum a eu lieu au mois de novembre 2008. Le promoteur SIDEV souhaitait construire un immeuble commercial sur le site. La crise a cependant bloqué le projet, et le terrain est resté en friches. Un projet de tours mixtes, initié par le Fonds de solidarité de la FTQ, est apparu en 2012, mais n’a finalement pas vu le jour. Un autre projet est néanmoins venu remplacer le précédent en 2018: un projet intitulé Maestria.7

Sources
[1] À guichets vraiment fermés, La Presse, 4 août 2007
[2] Le rideau tombe une dernière fois, La Presse, 7 août 2007
[3] Le Spectrum entre dans l’adolescence, La Presse, 11 octobre 1997
[4] Une salle de cinéma convertie en club rock, Québec-Rock, Juin 1982
[5] L’homme du Spectrum, La Presse, 4 août 2007
[6] Vie et mort du Spectrum, Archives Radio-Canada, 17 octobre 2017
[7] Wikipedia: Spectrum de Montréal
Nous avons bricolé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais. Les temps de conjugaison ont parfois été modifiés pour créer une cohérence du texte dans son ensemble. Cet exercice n’a aucun but lucratif.
Close Menu