Skip to main content

THÉÂTRE DES VARIÉTÉS

La salle La Tulipe, autrefois le Théâtre des Variétés, est une salle de spectacle située à Montréal. Elle est renommée pour son ambiance chaleureuse et son histoire riche dans la scène culturelle montréalaise. La salle a été fondée en 1913 et a depuis accueilli une multitude d'événements artistiques, notamment des concerts de musique, des spectacles de comédie, des représentations théâtrales, des événements de danse et bien plus encore.

Le Théâtre des Variétés est érigé entre 1913 et 1919, selon les plans de l’architecte Joseph Arthur Godin pour la compagnie Confederation Amusement Limited.

Gilles Latulippe, vers 1970, BAnQ
Cote : P428,S3,SS1,D44,P191. Fonds L’Action catholique – Archives nationales à Québec. ID 314906

Gilles Latulippe (1937-2014) était un humoriste, comédien et scénariste québécois, fondateur et directeur du Théâtre des Variétés.1

Gilles Latulippe a perpétué la tradition du burlesque en transformant l’ancien Théâtre Dominion, situé au 4530 rue Papineau, en Théâtre des Variétés qui est ensuite devenu la salle de spectacle La Tulipe.1

THÉÂTRE DOMINION (LE JOVIAL)

Le Théâtre Dominion est érigé entre 1913 et 1919, selon les plans de l’architecte Joseph-Arthur Godin, pour la compagnie Confederation Amusement Limited. Cette société de distribution est la propriété des familles Lawand et Tabah, d’origine libanaise. Outre le Dominion, elle érige au cours des années 1920 les cinémas Le Château, Maisonneuve, Laurier Palace, Empress, Cartier et Outremont. La société Famous Players Canadian Corporation de Toronto prendra le contrôle de la Confederation Amusement à la fin des années 1930. Sur les plans de l’architecte, le Théâtre Dominion devait initialement porter le nom de Théâtre Le Jovial, mais le nom n’a pas été retenu.2,8,9

La Presse, 27 septembre 1913, BAnQ

Au départ un cinéma (il est transformé pour le cinéma parlant en 1929), le Théâtre Dominion accueille dès 1932 de nombreuses troupes de burlesque avant de redevenir un cinéma au milieu des années 1950 jusqu’en 1965. Pendant un peu plus d’un an, la salle fut ensuite convertie en église par les Témoins de Jéhovah, répertoriée dans l’annuaire sous le nom d’Emmanuel Church. En 1966, il changea de nom et de propriétaire pour devenir le cinéma Figaro, pour quelques mois seulement avant que Gilles Latulippe n’en fasse enfin l’acquisition.2

Télé-Radiomonde, 23 septembre 1967, BAnQ

LE THÉÂTRE DES VARIÉTÉS

Le 23 septembre 1967, la rue Papineau était congestionnée. Des voitures cherchaient un endroit pour se garer. Déjà des personnes attendaient à l’entrée du théâtre et il n’était que 19h. À un touriste qui passait dans la rue tout étonné, le policier qui dirigeait la circulation lui dit: « Ne vous en faites pas, dans une heure, ce sera pire, c’est l’OUVERTURE DU THÉÂTRE DES VARIÉTÉS! »3,4

Télé-Radiomonde, 7 octobre 1967, BAnQ

Oui, ce soir-là, Gilles Latulippe avait un trac fou, il faisait l’ouverture de son théâtre, un théâtre qui allait faire revivre la belle époque du burlesque francophone montréalais autrefois présenté au Théâtre National. Avec l’ouverture du Théâtre des Variétés, c’était peut-être le début d’un genre qui renaissait, mais en 1967, ils étaient les seuls à présenter ce genre de spectacle. Tous les grands noms qui autrefois avaient fait les beaux jours du burlesque du Théâtre National étaient présents. Notons la présence, entre autres, de Paul Berval, Olivier Guimond, Denis Drouin, Paul Desmarteaux, Jean Grimaldi (le maître de cérémonie) et aussi des plus jeunes qui faisaient pour la première fois l’expérience d’un tel théâtre: Andrée Champagne, Lise Chénier, Fernand Gignac, Jen Roger et Paolo Noël.3,4

Télé-Radiomonde, 7 octobre 1967, BAnQ

Le gala d’ouverture a duré deux jours, et ces deux jours, la salle était remplie à pleine capacité. Juliette Béliveau a fait l’ouverture officielle du Théâtre en donnant sur la scène les trois coups traditionnels avec le baton qu’on appelle dans le métier le « Brigadier ». Olivier Guimond, Denis Drouin et Paul Berval, tous les trois en même temps sur scène, ont fait rire les gens à un tel point qu’eux-mêmes avaient de la difficulté à garder leur sérieux. L’ouverture du Théâtre des Variétés fut un succès à tous les niveaux.3,4

Télé-Radiomonde, 7 octobre 1967, BAnQ

L’établissement a produit des vaudevilles, comédies légères, divertissantes, fertiles en intrigues et en rebondissements. Plusieurs comédiens de talent ont monté sur ses planches, dont Juliette Béliveau (1889-1975), Juliette Huot (1912-2001), Rose Ouellette (La Poune, 1903-1996) et Olivier Guimond (1914-1971). Le Théâtre des Variétés a ainsi été un repère dans l’histoire culturelle québécoise de la seconde moitié du 20e siècle, notamment en perpétuant la tradition du vaudeville au-delà de la Seconde Guerre mondiale.2

Théâtre des Variétés, Montréal, 1977, BAnQ
Robert Mailloux. Cote : P833,S4,D2062. Fonds La Presse – Archives nationales à Montréal. ID 651720

En mai 2000, le Théâtre des Variétés a fermé ses portes. C’est la difficulté de trouver une relève à cette forme de théâtre burlesque, en plus de la mort récente de deux piliers de l’établissement (Michel Legault, directeur-général du théâtre et de John Kelly, responsable des ateliers de décors et des costumes), qui ont précipité cette décision. D’autre part, Olivier Latulippe, fils de Gilles, ne semble pas trop intéressé à prendre la relève de la gestion du théâtre. Le Théâtre des Variétés a tout de même survécu 33 ans, sans subventions, sous la gouverne de Gilles Latulippe.5

Le théâtre a été reconnu immeuble patrimonial le 22 février 2001 par le ministère de la Culture et des Communications.2

LA TULIPE

C’est en l’honneur de Gilles Latulippe que l’on a renommé brièvement le Théâtre des Variétés le Cabaret du Plateau, au début des années 2000, et rebaptisé La Tulipe, en 2004, par la Compagnie Larivée Cabot Champagne. La Tulipe diffuse des concerts rock, de jazz et de variétés, de la chanson francophone, ainsi que des soirées dansantes. Le chanteur Dumas a été le premier artiste à se produire à La Tulipe. Plusieurs artistes et groupes locaux et internationaux s’y sont produits depuis, par exemple Les Cowboys Fringants, The Black Keys, Malajube, Simple Plan, Les Breastfeeders, Jon Spencer Blues Explosion, Feist, The Libertines, TV on the Radio et Bloc Party.6,7

La Tulipe, Montréal, Wikipedia
Sources
[1] Wikipedia: Gilles Latulippe
[2] Répertoire du patrimoine culturel du Québec: Théâtres des Variétés
[3] Gilles Latulippe inaugure son Théâtre des Variétés devant une salle comble, Télé-Radiomonde, 7 octobre 1967
[4] Au gala d’ouverture du Théâtre des Variétés, Télé-Radiomonde, 23 septembre 1967
[5] Le rideau tombe sur le Théâtre des Variétés, Le Devoir, Caroline Montpetit, 5 février 2000
[6] Wikipedia: La Tulipe
[7] Setlist FM: La Tulipe
[8] Grand répertoire du patrimoine bâti de Montréal: Théâtre Dominion
[9] Nouveau théâtres pour la patrie, La Presse, 27 septembre 1913
Nous avons compilé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Les extraits sont reproduits tels quels avec modifications mineures par souci de cohésion. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais.
Dernière mise à jour du texte: 13 avril 2024

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Close Menu