Skip to main content

LA TÊTE DE L'ART

La Tête de l’Art était une boîte de nuit, situé au dessus du restaurant Au Pied de Cochon, rue Metcalfe à Montréal. Grâce à René Thomas et Hans Kunst de la Montreal Jazz Society, Montréal a vu naître sa première vraie boîte de jazz: La Tête de l'Art.

La Tête de l’Art était situé au 1451 rue Metcalfe à Montreal, de 1961 à 1963, au dessus du restaurant Au Pied de Cochon.

Ce texte provient d’un passage du livre de John Gilmore, Une histoire du jazz à Montréal, p.300
Ouverture de La Tête de l’Art
La Patrie, 10 décembre 1961, BAnQ

La première tentative pour présenter des musiciens de jazz — sur une base régulière — dans les boîtes montréalaises avait vu le jour en 1958 lorsqu’un contrebassiste à temps partiel appelé John Cordell a créé la « Montreal Jazz Society ». Elle a successivement convaincu des propriétaires de boîtes de nuit de Montréal de mettre au programme un trio de jazz, au minimum, un soir par semaine.1

Photo: Keith White. Avec son aimable autorisation. Fonds John Gilmore. Service des archives de l’Université Concordia

La véritable inspiration derrière les soirées de la Montreal Jazz Society pendant plus d’un an fut René Thomas, un guitariste belge qui s’était récemment établi à Montréal avec sa famille. John Cordell et René Thomas ont tous deux quitté la Montréal Jazz Society en 1960. Les rênes ont été repris par Hans Kunst.1

Au cours de l’hiver de 1961-1962, l’organisme a présenté des soirées de jazz à divers endroits — plusieurs soirs par semaine. Avant l’été suivant, les soirées avaient déjà été déplacées à La Tête de l’Art, une boîte de nuit située au-dessus du restaurant le Pied de Cochon, rue Metcalfe, au centre-ville. Hans Kunst et un batteur du nom de Guy Lachapelle sont devenus gérants de la boîte et ont commencé à faire venir des musiciens de jazz américains pour jouer avec des sections rythmiques locales —quatre soirs par semaine.1

La Tête de l’Art

C’est ainsi qu’en 1962, Montréal a vu naître sa première vraie boîte de jazz.1

Par la suite, la Montreal Jazz Society ne faisait pratiquement que servir de nom à la programmation jazz de La Tête de l’Art. Les jams sessions organisées ont été abandonnées. Cet hiver-là, Kunst et Lachapelle ont commencé à présenter des ensembles de jazz entièrement américains dans la boîte. Ce changement d’orientation s’est avéré coûteux, cependant, et la boîte a dû fermer ses portes pendant un mois, au printemps de 1963, en raison de problèmes financiers.1

La Presse, 22 juin 1963, BAnQ

Elle a rouvert en force, invitant plusieurs autres ensembles américains de premier plan, y compris le très influent John Coltrane Quartet, mais elle a bientôt abandonné cette pratique pour de bon. La musique était accueillie de manière très enthousiaste par la communauté du jazz locale, mais les coûts de la présentation d’ensembles américains de ce niveau sur une base régulière étaient trop élevés.1

Autrefois La Tête de l’Art (2e étage), 1451 rue Metcalfe, Montréal.

La Tête de l’Art a tout de même fait la preuve qu’il y avait un public pour le jazz pur dans les boîtes de nuit de Montréal.1

Source
[1] Une histoire du jazz à Montréal, John Gilmore, Édition Lux, 2009
Ce texte a été entièrement repris d’un passage du livre de John Gilmore, Une histoire du jazz à Montréal, Lux Éditeur 2009

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Close Menu