Skip to main content

CAFÉ BAGDAD

CAFÉ BAGDAD

CAFÉ BAGDAD

CAFÉ BAGDAD

CAFÉ BAGDAD

1923-1924

1923-1924

1923-1924

1923-1924

1923-1924

Le Café Bagdad était un cabaret montréalais du début des années 1920 inspiré des contes arabes « Les mille et une nuit ».

Le Café Bagdad (1923-1924) était un cabaret montréalais du début des années 1920 inspiré des contes arabes « Les mille et une nuit ». Il s’inscrit dans les débuts de l’ère des cabarets de Montréal.1

Le Café Bagdad, en opération du 25 janvier 1923 au 25 octobre 1924, était situé au 186 rue Peel à Montréal.2,3,4,5 Il était la propriété de M. Scrivens, à la fois propriétaire du Café Sheik.6 Le Café Bagdad était auparavant occupé par le cabaret Ciro’s.7 et faisait face à l’Hôtel Mont-Royal (aujourd’hui les Cours Mont-Royal).

Le Café Bagdad était géré, à son ouverture, par l’américain Elmer Floyd connu pour son travail au Palais Royal de New York.2 Il était ensuite géré par Jack Diamond et finalement par le chanteur Lino Monte en novembre 1923.8,9

Lino Monte était un irréprochable ténor italien qui tenait toute la salle en haleine sous l’effet de ses chants pleins de chaleur et de ses enlevantes mélodies italiennes.10 Monte avait si bien organisé le Café Bagdad qu’il en avait fait le favori des amateurs de danse et de bonne musique.

Le chef d’orchestre attitré au Café Bagdad se nommait Jimmy Garrett. Son groupe, les « Garrett’s Harmony Men » était l’un des plus populaire du genre à Montréal.11 Ils attiraient tous les soirs des foules nombreuses au Café Bagdad.12

Une émission de radio à CKAC était diffusé en direct à partir du café les samedis soirs. Les « Garrett’s Harmony Men » triomphaient chaque fois qu’ils étaient en onde.11 Des messages de félicitations téléphoniques ne cessaient d’affluer venant de toutes les parties de la province et de nombreux endroits aux États-Unis.13

« Messieurs, votre concert du 10 novembre (1923) a été reçu clairement et fortement sur mon haut-parleur; nous l’avons beaucoup aimé. Votre numéro ‘’Your Garden in my Heart’’ a été fort apprécié. Votre poste est la première grande station canadienne que j’ai entendu et j’ai été surpris par la puissance et la clarté de votre émission. O.-E. Lowery Jr, avocat, 3124 avenue Patterson, Richmond, Virginie. »14

En 1924, le Café Bagdad était impliqué dans une enquête sur les affaires de la police qui dévoilait que des policiers malhonnêtes auraient offert au propriétaire du café leur protection en échange de faveurs.15 Le Café Bagdad ferme ses portes le jour-mème que s’ouvre l’enquête.16

Suite à la fermeture du Café Bagdad, les lieux sont occupés par différents cabarets: le Gables (1924-1926), le Mandarin (1926-1932), le Monaco (1933-1934), le Garden Bridge Club (1934-1936), le Samovar (1936-1949), le Carrousel  (1949-1950 feu), le Belmar (1951), le Downbeat (1951-1971) et le P.J.’s  (1972-1989). L’immeuble a été occupé par un restaurant mexicain Carlos & Pepe’s jusqu’en 2022.

Sources
[1] Dance, dine and be merry Bagdad, The Gazette, 17 mars 1923
[2] Opening announcement Bagdad, The Gazette, 22 janvier 1923
[3] Formal opening The Gables, The Gazette, 24 octobre 1924
[4] Dance, dine and be merry Bagdad, The Gazette, 2 avril 1923
[5] Adresse renumérisé 1424 rue Peel depuis 1930
[6] La séance de vendredi PM, Le Droit, 13 octobre 1924
[7] Announcement to the general public Ciro’s, The Gazette, 12 décembre 1922
[8] Under the management of Jack Diamond, The Gazette, 30 avril 1923
[9] Un grand concert a été organisé pour demain soir, La Presse, 9 novembre 1923
[10] Bagdad café, La Presse, 15 septembre 1923
[11] L’orchestre Garrett, La Presse, 27 novembre 1923
[12] L’orchestre Garrett, La Presse, 17 octobre 1923
[13] Les chevaliers de Colomb, La Presse, 9 novembre 1923
[14] Appréciations, La Presse, 15 novembre 1923
[15] Montréal un refuge pour le banditisme, Le Droit, 11 octobre 1924
[16] Rapport complet de l’honorable Juge Louis Coderre, La Presse, 14 mars 1925
Nous avons assemblé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais. Les temps de conjugaison ont parfois été modifiés pour créer une cohérence du texte dans son ensemble. Cet exercice n’a aucun but lucratif.