Skip to main content

LE CARGO

Le Cargo était une importante salle de spectacle de la communauté punk/hardcore/new wave et même de jazz à Montréal de 1981 à 1984.

Le bar le Cargo était situé au 3e étage au 4177 rue St-Denis à Montréal, de 1981 à 1984.

Ce texte est assemblé à partir d’archives de journaux

Le propriétaire du Cargo se nommait Pierre Viens et le propriétaire de l’immeuble  Robert Spiro Zaphiratos.5

Le texte qui suit est une traduction française d’un article paru dans La Gazette le 19 mai 1984.

Le 4177 rue Saint-Denis, Montréal, à une certaine époque… Le Cargo était situé au 3e étage.

LA SCÈNE SEMBLE MENAÇANTE, MAIS ELLE NE L’EST PAS

La Gazette, 19 mai 1984, Michael Mirolla

 

Deux heures du matin arrive à grand pas un mardi matin typique au bar Cargo. Des punks en bottes de construction traînent des sacs de poubelles à travers la salle faiblement éclairée, ramassant des détritus – les gobelets de bière écrasés, les affiches déchiquetées, les morceaux de montres, des chaînes, et de goujons cassés.2

Exploited, The Absurds, 2 juillet 1984, Cargo
Contributeur: Charlie Brown

C’est calme maintenant. La foule, un assortiment de skinheads, de fuzzies (skinheads permettant à leurs cheveux de repousser), de coupes Mohawks, de spikes menaçantes et de cheveux teints, se retire. Il ne reste que quelques étincelles de l’énergie qui, plus tôt dans la soirée, avait déferlé sur le club de la rue St-Denis comme un raz-de-marée humain. Cela avait transformé la piste de danse en une masse bouillonnante de bras et de jambes volants, de corps se jetant les uns sur les autres comme des particules dans un broyeur d’atomes.2

Bienvenue dans la scène.2

No Policy, I Was Robbed, 23 & 24 novembre 1983, Cargo. Design: Rebecca Sevrin

À Montréal, c’est un groupe à la fois débraillé et décousu, quelques 200 personnes, qui peuvent atteindre 500, peut-être, pour les grands spectacles.2

Les groupes qu’ils écoutent portent des noms comme les Dead Kennedys, Millions of Dead Cops, les Circle Jerks, DOA et Black Flag.2

Black Flag, Saccharine Trust, Fair Warning, 31 juillet 1984, Cargo.
Contributeur: Alain Provost

Quelques-uns sont membres de groupes locaux tels que S.C.U.M., Unruled, Fair Warning, Genetic Control, No Policy et Vomit and The Zits.2

Dans certains milieux, ils sont considérés comme les enfants spirituels, via la Californie, du mouvement punk du milieu des années 1970, engendré par les Sex Pistols d’Angleterre.2

Mais eux-mêmes préfèrent un autre nom : Hardcore.2

Hardcore Mondays, 1984, Cargo
Contributeur: Alain Provost

La plupart d’entre eux sont jeunes. Beaucoup vivent encore chez leurs parents. Les plus âgés font partie de groupes ou assurent la sécurité lors de spectacles. La scène change constamment.2

« C’est comme le poisson », dit Mike Price (aka Zabo aka Polio Elvis), 24 ans, qui s’implique non seulement comme chanteur principal de Genetic Control mais aussi dans la promotion de spectacles hardcore à Montréal. « Ils sont renouvelés tout le temps. Les gens quittent la scène. Ils passent à autre chose – du rockabilly ou autre. Habituellement, les jeunes qui se lancent dans le punk ont ​​tendance à se tourner ensuite vers le hardcore parce que c’est un dérivé du punk plus agressifs. »2

Calendrier du mois de mars et avril 1984, Cargo
Contributeur: Alain Provost

S’ils ont une chose en commun, c’est le rejet du monde tel qu’ils le voient; le sentiment qu’un changement est nécessaire – qu’il s’agisse d’une déclaration passive comme un simple abandon ou d’une contribution plus positive : des graffitis, des manifestations, de véritables actions radicales.2

« Les Dead Kennedys de San Francisco ont vraiment fait décoller la scène », explique Zabo. « Ils jouaient cette nouvelle musique américaine qui rendait les gens fous. Ils n’étaient pas le premier groupe punk californien à le faire, mais le premier à se faire remarquer en dehors des États-Unis. Le hardcore a commencé avec le slam dancing anti-Ronald Reagan. En Angleterre, ils n’ont jamais dansé le slam. À ce jour, c’est le pogo. »2

Corrosion of Conformity, Vomit and the Zits, 20 août 1984, Cargo
Contributeur: Karol Lafond

« Si davantage de gens s’impliquaient et venaient aux spectacles, ils apprécieraient », dit Zabo. « Beaucoup de gens ont peur parce qu’ils pensent que c’est violent. Mais la vie en général est violente. Si il fallait l’analyser, je dirais que le hardcore est moins violent que beaucoup d’autres choses. Il y a plus de violence lors des concerts de rock par exemple. »2

« Notre musique d’aujourd’hui s’inscrit exactement dans le même lignée que celle du rock garage des années 1960. Il y avait des centaines et des centaines de groupes de rock garage. Il y avait toutes sortes de musiques, mais on ne les diffusait jamais sur les grandes radios, on n’en parlait jamais parce que c’était trop radical ou trop bizarre », raconte Eric, 24 ans, membre actif de la scène Hardcore de Montréal. « Tout le monde dans la scène est impliqué politiquement », dit Eric. « Qu’ils l’admettent ou non. Sinon, ils ne s’habilleraient pas de cette façon. »2

DRI, S.C.U.M., 21 mai 1984, Cargo. Contributeur: Alain Provost

« En même temps, la scène montréalaise est beaucoup moins intense que certaines autres villes. Nous avons eu notre action au Québec au début des années 1970 », raconte Eric. « C’était la période la plus intense que le pays ait connu depuis environ 200 ans. Je pense que cela a probablement effrayé beaucoup de gens. En ce qui concerne le lancement d’une bombe, je ne vois pas comment vous pourriez justifier le fait de blesser une seule personne pour votre cause. Dès que vous commencez à recourir à la violence, vous devenez ce que vous essayez de détruire. La meilleure arme du gouvernement est le pouvoir et la capacité de tuer. »2

Ce thème de la non-violence, de la prise en charge des siens, de la création de spectacles à la gestion des fauteurs de troubles, est pris très au sérieux par un groupe qui semble si indiscipliné aux yeux des étrangers qu’il engendre des images d’un futur à la Orange Mécanique.2

Youth Brigade, Asexuals, 27 août 1984, Cargo. Scan: ARC MTL

« Au bar Cargo, il y a 20 à 25 personnes qui contribuent à rendre cet endroit aussi performant qu’il est », déclare Eric, une membre de la communauté. « Tous sont bénévoles, personne n’est payé. Ils reçoivent de la bière gratuite et entrent gratuitement à chaque spectacle. C’est génial comme ça. Tout le monde sent qu’il a une part de responsabilité. »2

« Ouais, nous travaillons tous ensemble », dit Mark, un autre membre de la communauté. « C’est la première fois que ça marche vraiment, le meilleur que ça ait jamais été. »2

« C’est un sentiment de communauté », explique Julie Oelmann, 23 ans, gérante du groupe hardcore montréalais No Policy. « Tous les groupes s’entraident. »2

Mais il n’en a pas toujours été ainsi et ce n’est qu’au cours des six derniers mois que la scène a pu surmonter sa réputation de violence et de factionalisme.2

Charged GBH, Vomits and the Zits, 2 avril 1984, Cargo. Photos: Dawn One

« La foule a changé », dit Zabo. « Les skins, ceux qui ont le mot skinhead de tatoué sur les jointures et qui ne jurent que par la bible des skinheads, ont quitté la scène et c’était le principal problème que nous avions. Ils se sont battus et il y a eu beaucoup de dégâts lors des spectacles. »2

« Assurez-vous de mentionner que la plupart des Skins venaient de Toronto », crie Eric.2

« En règle générale, la police laisse les punks tranquilles lors des spectacles. Lorsqu’ils se présentent, comme ils l’ont fait récemment En Masse au Cargo, c’est généralement parce qu’ils ont été prévenus que des mineurs étaient au club ou, en été, parce que certains punks traînent dans la rue. Quand nous restons à l’intérieur, tout va bien », dit Mark. « C’est seulement quand on sort, parce que les flics pensent qu’on cherche des ennuis. De plus, nos spectacles ont lieu le lundi soir afin que les gens ne puissent pas traîner après. Ils doivent aller à l’école ou travailler. Mais cela changera cet été. »2

Direct Action, Fair Warning, 26 mars 1984, Cargo. Contributeur: Alain Provost

« Il nous a fallu deux ans pour faire en sorte que notre scène soit à moitié consciente de sa responsabilité », dit Eric. « C’est ce que répètent les groupes de musique Hardcore : ‘’vous n’avez pas besoin de vous battre, vous pouvez slammer’’. »2

« Et jusqu’à présent, ça fonctionne. Vous verrez occasionnellement un ivrogne à la recherche d’une bagarre. Mais la plupart des gens ne sont pas là pour briser les urinoirs ou causer des ennuis. Ils veulent écouter la musique, danser, se mêler aux autres pour passer un bon moment. »2

TSOL, Subhumans, 14 mai 1984, Cargo.

Une chose est sûre : personne ne le fait pour l’argent. Lors d’un récent concert, chaque membre de Fair Warning a gagné exactement 49$. Et c’était parce qu’il y avait foule ce soir-là, car on attendait la venue de Black Flag de Los Angeles.2

Malheureusement, le spectacle Black Flag lui-même a été éclipsé par les événements qui ont eu lieu après sa fin, puisqu’une douzaine de membres de la communauté hardcore de Montréal ont été emmenés par la police locale pour divers crimes contre l’État – flâner, gêner la circulation et porter des armes illégales (des studs).2

The Gazette, 2 août 1984, newspapers.com

« Nous avons dépensé tout notre argent de notre dernier concert au Cargo en pizza », dit Zabo. « Nous avons commandé une pizza d’une valeur de 40 $. »2

Et c’est la même attitude que les habitués de la communauté hardcore apportent avec eux. Il y a Martin, qui porte une chemise à carreaux et jean déchiré. Ses cheveux sont pommadés en un mohawk bâclé avec les côtés non coupés – un peu comme un cacatoès. Il n’a qu’un objectif dans la vie : passer un bon moment. Cela signifie danser et boire de la bière, discuter avec toutes les femmes – et tomber souvent. Cela peut être douloureux lorsque l’objet qui rencontre son corps est un plancher en ciment. Mais il se relève toujours, généralement avec l’aide de mains plus fermes, et reprend son cycle sans fin.2

Personality Crisis, Fair Warning, 25 juin 1984, Cargo. Photo: Michel Alario

Le thrash floor est, dans l’ensemble, une arène réservée aux hommes. Son aspect physique effraie la plupart des femmes. La plupart, mais pas tous.2

« La scène, ce sont les gens », dit Zabo en réponse à une question sur l’attitude envers les femmes dans le hardcore. « Il n’y a aucune distinction, aucune classification. Pareil que les gars. »2

Oelmann, la gérante du groupe No Policy, reconnaît que les femmes ne sont pas traitées différemment et qu’elle ne s’est jamais sentie personnellement menacée par qui que ce soit dans la scène. En fait, s’il y a des problèmes à être une femme dans la scène hardcore, ils semblent venir de l’extérieur.2

« J’habite en banlieue », raconte Rebecca Sevrin, 20 ans, guitariste de No Policy et vétéran de la scène qui répare et fabrique elle-même ses guitares, « et je me fais beaucoup harceler dans le bus par des gars qui pensent que parce que je m’habille comme je le fais, je devrais faire ce qu’ils me disent. Et les femmes se moquent de moi ou me font des remarques grossières. »2

Bauhaus, 3 décembre 1982, Cargo

Le Bar Cargo a fermé ses portes en septembre 1984.3

À partir de 1987, c’est le Bar Le Lézard qui occupera les lieux.

Sources
[1] Le bar le Cargo, 4177 rue St-Denis 3rd floor, The Gazette, 12 mars 1982
[2] The scene looks menacing. But it’s not what it seems, The Gazette, Michael Mirolla, 19 mai 1984
[3] Hardcore goes west, The Gazette, 13 septembre 1984
[4] Hardcore scene, The Gazette, Michael Mirolla, 16 août 1984
Nous avons compilé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Les extraits sont reproduits tels quels avec modifications mineures par souci de cohésion. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais.
Dernière mise à jour du texte: 20 février 2024

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Close Menu