Skip to main content

AFFICHER L’HISTOIRE DE MONTRÉAL, UN CONCERT À LA FOIS

Rencontre avec l’artisan derrière Montréal Concert Poster Archive

Black Flag live sur Saint-Denis, les Cramps en 3D au Club Soda et Sun Ra à Concordia.

The Cramps au Club Soda, 1984
Contributeur: Alain Provost

Depuis plus de deux ans, Jean-François Hayeur s’affaire sans relâche à collecter les artéfacts de spectacles présentés à Montréal. Flyers, billets, coupures de journaux, affiches. Sa récolte, estimée à 32 000 images numériques, documente deux siècles de shows dans la métropole.

Cette banque aux proportions vertigineuses sert à nourrir son projet Montréal Concert Poster Archive, une grande murale tapissant l’internet de l’histoire musicale locale.

Saviez-vous que Ravel a déjà offert un récital dans le Quartier latin, qu’un show des Cro-Mags coûtait 4 dollars à la porte et qu’Art Blakey a drummé dans un steakhouse de la rue Peel?

Cro-Mags. The Nils, Rising Sun, 1985
Moi je l’ignorais.
C’est dans son sous-sol de Brossard, entre les biographies de Ginsberg et une belle collection de Blue Note, que je rencontre le jeune père de famille derrière l’initiative.

Jean-François m’explique que la genèse du projet s’est formée à la suite d’une publication d’un ami sur Instagram qui exhibait ses vieux posters de shows hardcore. En les voyant défiler, il se dit : « C’est très cool, mais ne serait-ce pas mieux si on ouvrait la démarche à tous les styles? »

Led Zeppelin, Forum de Montréal, 1972

Il n’en fallait pas plus.

L’ancien disquaire se retrousse les manches et démarre l’aventure en publiant ses propres affiches, puis celles d’amis. Il épluche les archives de journaux, creuse les ressources publiques de la BAnQ.

« Dès le début, la réaction fut super positive, poursuit l’archiviste amateur. Des centaines de contributeurs en ligne ont depuis adhéré au projet en m’envoyant leurs souvenirs de show. Dès que j’ai un instant de libre, je me mets à l’ouvrage. J’essaie d’ajouter entre 100 à 200 images par semaine. »

Backstage avec Iggy Pop en 1977 à l’Auditorium Le Plateau
Contributeur: Vince Ricci
Dix mille publications plus tard, Montréal Concert Poster Archive dévoile une source inépuisable d’informations. Chaque affiche évoquant à sa façon un petit voyage en arrière, la page donne accès autant à l’âge d’or des cabarets qu’aux inquiétantes sous-cultures que l’on rencontrait à L’X ou dans la ruelle du Café Chaos.

Véritable mosaïque de l’héritage musical montréalais, la page propose également l’histoire exhaustive de chaque salle mise de l’avant. « En rapatriant toutes les informations dénichées, je bricole un collage avec une approche à la Wikipedia. J’ai rassemblé jusqu’à maintenant 150 textes pour autant de salles », précise celui qui a passé son adolescence à filmer la scène punk des années 90.

Grâce à l’envergure du catalogue, il est possible de témoigner de l’évolution des modes graphiques et de l’improbable chaise musicale des salles de spectacle. On apprend que Coltrane a joué à la même adresse où, plus tard, les danseurs du 281 se sont dandinés en string, qu’un restaurant de souvlaki s’est transformé en bar underground du Plateau et que la Sala Rossa fut jadis un haut lieu de rassemblement pour la communauté juive de gauche.

«MONTRÉAL POSSÈDE UNE RICHE HISTOIRE DONT ON DEVRAIT ÊTRE FIER. JE SOUHAITE PARTAGER CES ÉVÉNEMENTS EN APPORTANT DU CONTEXTE.»

« Entre deux posters alternatifs du Spectrum, j’essaie de glisser le récit d’un promoteur légendaire ou d’un cabaret de jazz plus obscur. Montréal possède une riche histoire dont on devrait être fier. Je souhaite partager ces événements en apportant du contexte. Mettre de l’avant autant l’aspect artistique de l’affiche que sa valeur historique », affirme le mélomane féru de jazz.

Un groupe d’artistes réunis Au Faisan Doré, le premier grand cabaret francophone du Québec
Archive de Monique Leyrac, 1948, Wikipedia

On apprend que Charlie Parker a joué Chez Parée et Miles Davis au Black Bottom, un club de la Petite-Bourgogne. En tombant sur cette coupure de journal, Jean-François sourcille; mais comment un endroit aussi modeste a-t-il pu accueillir le trompettiste alors au sommet de sa gloire? Il entame les recherches et découvre que le propriétaire de l’établissement était en fait un ami personnel de Davis et l’a invité entre deux dates de tournée. Chaque quête résolue par Jean-François permet d’offrir à son public une anecdote savoureuse.

«MON AUDIENCE, C’EST DU MONDE COMME MOI, DES TRIPPEUX DE MUSIQUE.»

En effet, la page rassemble désormais une communauté de passionnés alimentant à leur tour les publications de commentaires et de photos. Un projet rassembleur érigeant, une entrée à la fois, une vaste généalogie collective. À titre d’exemple, un fidèle nous apprend qu’à la venue des Pixies aux Foufs, en 1988, la salle était presque déserte et Kim Deal (basse et chant) cherchait à acheter de l’herbe aux quelques spectateurs présents.

Crédit photo: Serge Boisvert et André Bourbonnais, Le staff des Foufounes Électriques: Été 1991, Ciel Variable

« Ça se veut avant tout une archive participative. Mon audience, c’est du monde comme moi, des trippeux de musique », raconte ce curieux de nature qui entretient une correspondance depuis des années avec Ian MacKaye leader des formations phares du punk DIY; Minor Threat et Fugazi.

Une forte essence Do It Yourself transpire sans surprise de son entreprise.
Et qu’est-ce que le futur réserve pour Montréal Concert Poster Archive?
« C’est loin d’être terminé! J’ai encore plusieurs biographies de salles à rédiger. J’espère surtout monter le tout en un site web bien classé par années et par salles individuelles. Je souhaite que le tout soit plus encyclopédique. J’en ai encore pour plusieurs années, il y en a tellement à faire! », s’enthousiasme-t-il.
Punks not dead, oh non!
Close Menu