Skip to main content

BELLEVUE CASINO

Le Bellevue Casino était un lieu de divertissement situé sur la rue Ontario Ouest à Montréal. Il était connu pour ses spectacles de variétés, ses numéros de cabaret et ses événements artistiques. Le cabaret était populaire dans les années 1940 et 1950, attirant des artistes locaux et internationaux, ainsi que des amateurs de divertissement de la région. Il était considéré comme un lieu emblématique de la vie nocturne montréalaise à l'époque.

Le Casino Bellevue était le plus important cabaret de Montréal des années 1950

Bellevue Casino, 375 rue Ontario Ouest, Montréal, Mémoires des Montréalais

Le Casino Bellevue (1949-1962) fut le plus important cabaret de Montréal des années 1950.1 Il était situé au 375 rue Ontario Ouest à Montréal et a ouvert le 21 avril 1949.2 Il s’inscrit dans la grande période de cabarets montréalais.

L’ouverture du Casino Bellevue est l’œuvre d’un des hommes d’affaires les plus en vue de Montréal dans les années 1940, Harry Holmok, et de son partenaire d’affaires et beau-frère Jack Suz.1

Casino Bellevue, Studio Pluche

Harry Holmok est né en Roumanie, Transylvanie, le 25 décembre 1898. Durant la Première Guerre mondiale, il a servi avec la Garde blanche russe, les forces armées austro-hongroises et l’armée roumaine. ll a échappé à la mort à plusieurs reprises sur plusieurs fronts et peu de temps après sa décharge, il a attrapé une fièvre qui s’est presque avérée fatale.3

En 1922, il arrive à Montréal, bûcheron de métier mais capable de parler huit langues. Il part pour la région du lac St-Jean où il reste assez longtemps pour apprendre le français et l’anglais.3

De retour à Montréal en 1928, il obtient un contrat pour travailler sur l’édifice Mayor, au coin de la rue St-Alexandre. Inclus dans les plans était un cabaret au sous-sol connu sous le nom de Café Old Heidelberg.3 Le Old Heidelberg deviendra mieux connu sous le nom du premier cabaret Chez Maurice, deux ans plus tard.4

En 1934, Holmok fait construire son propre club au coin des rues St-Denis et De Montigny (boulevard de Maisonneuve) appelé le Vienna Grill. En 1936, il ouvre un deuxième Vienna Grill, plus grand, à l’intersection de Dorion et Sainte-Catherine. Malgré la menace de guerre et la dépression, Holmok prospère.3

En 1941, il achète un immeuble de trois étages, situé au 375 rue Ontario Ouest (aujourd’hui 375 ave. du Président-Kennedy), qui abrite l’Auditorium Ballroom et il le rebaptise l’Auditorium Dance Palace.5 Louis Armstrong présente ses premiers spectacles à Montréal à l’Auditorium Dance Palace en 1942.6

L’Auditorium Dance Palace est renommée le Roseland Ballroom en 1946.7

Le Roseland Ballroom est transformé en Casino Bellevue le 21 avril 1949.3

Le Casino Bellevue est considéré, à son ouverture, comme l’une des plus importantes salles de spectacles du Canada et la plus grande de Montréal. En effet, sur l’étage principal, il pouvait accueillir plus de 700 personnes assises.3

Casino Bellevue

Répartie sur trois étages avec un bar-salon au rez-de-chaussée et un vaste cabaret à l’étage, cette boîte comptait 97 employés permanents et investissait de $8,000 à $10,000 par semaine dans ses spectacles. En moyenne, 1,400 personnes fréquentaient cette boîte les soirs de semaine et plus de 2,000 les samedis soirs.8

Casino Bellevue, Studio Pluche

Quand le rideau tombe sur le premier spectacle du Bellevue Casino, la plupart des journalistes sur place sont prêts à parier que cette nouvelle boîte tombera au cours des prochains mois. Les années ont prouvé le contraire. La personne en grande partie responsable est Madame Natalie Komarova, une femme simple mais très autoritaire. La programmation très élaborée du Casino Bellevue était conçue par cette dernière et son mari George Komaroff qui ont tous deux antérieurement travaillé a Broadway (Cabaret Latin Quarter) et à Paris (Folies Bergères). Harry Holmok se pliait à la volonté de Madame Komarova parce qu’il savait que sans elle le Casino Bellevue ne serait pas ce qu’il est devenu.9

Casino Bellevue, Studio Pluche

En plus de gérer le Casino Bellevue, Harry Holmok et un partenaire d’affaires Thomas Steppan ouvrent un nouveau cabaret en 1951 sur la rue Sainte-Catherine: la Casa Loma. Le café Casa Loma est considéré comme le frère cadet du Casino Bellevue. Harry Holmok vend le cabaret, un an plus tard, à Andy Cobetto qui sera la tête dirigeante du Casa Loma pendant plus de quinze ans.13,14

Bellevue Café Casino

Des grandes vedettes telles que Edith Piaf, Sam Cooke, Sammy Davis Jr, The Andrews Sisters, et Liberace sont montées sur la scène du Bellevue au fil des ans.

Casino Bellevue

Le renforcement de la règlementation municipale sous l’administration du maire de Montréal Jean Drapeau à partir de 1955 amène une sérieuse baisse du chiffre d’affaires du Bellevue.1

En 1956, Claude Blanchard est le gérant du Bellevue.12

Ce soir on sort! Centre d’histoire de Montréal, YouTube

Harry Holmok décède le 2 septembre 1959.3 Au même moment, l’industrie des boîtes de nuit est en très mauvais état. L’alcool est servi uniquement avec les repas et cette décision frappe les propriétaires de clubs là où ça fait le plus mal, dans la caisse enregistreuse. Le Bellevue a un autre problème. La ville exproprie 35 pieds sur le club pour un projet d’élargissement de rue et cela signifie la fin pour le Bellevue.10

Le dernier évènement au Bellevue Casino est une vente aux enchères le 18 septembre 1962. L’ameublement revient aux plus offrants. La démolition du bâtiment s’amorce le lendemain.11

Casino Bellevue en 1962, Article dans The Gazette, 20 septembre 1969

Ce qui rendit le Bellevue Casino célèbre était la vision de son propriétaire qui a fait de son établissement le plus important cabaret de son époque mais aussi le moins dispendieux : « Cinquante cents pour entrer, et cinquante cents pour une bière » était son slogan favori.1

Autrefois le Bellevue Casino, 475 ave. du Président-Kennedy, Google Earth 2024
Sources
[1] Wikipedia Bellevue Casino
[2] Cafe Casino to open Thursday April 21, The Gazette, 14 avril 1949
[3] Obituaries Harry Holmok, The Gazette, 3 septembre 1959
[4] You name ‘em, they booked ‘em, The Gazette, 3 juin 1978
[5] Wood’s orchestra at auditorium, The Montreal Star, 5 septembre 1941
[6] Armstrong here at Auditorium, The Gazette, 14 février 1942
[7] Halloween dance at Roseland, The Montreal Star, 31 octobre 1946
[8] Une histoire du jazz à Montréal, John Gilmore, 1988 p.217
[9] Le Casino a tenu le coup, L’autorité, 25 avril 1953
[10] Once upon a time we had stars over our town, The Gazette, 20 septembre 1969
[11] Bellevue’s last show – an auction, The Gazette, 19 septembre 1962
[12] Music Hall star sang for mob boss, The Gazette, 21 août 2006
[13] Beaucoup de choix dans les boîtes cette semaine, La Patrie, 25 février 1951
[14] Mort attribuable à des causes naturelles, La Patrie, 21 mars 1953
Nous avons assemblé ce texte en utilisant les sources mentionnées ci-dessus. Nous avons traduit en français les sources provenant d’articles de journaux en anglais. Les temps de conjugaison ont parfois été modifiés pour créer une cohérence du texte dans son ensemble. 

VOUS AIMEREZ AUSSI…

Close Menu